Surveillance, attaque en justice… À quoi va ressembler le quotidien français de Charles Sobhraj, dit “le Serpent”?

Condamné pour deux meurtres et suspect dans une vingtaine d’autres affaires, l’homme de 79 ans veut se tourner vers la justice et prouver son innocence.

“J’ai beaucoup à faire.” A peine sorti d’une prison népalaise où il a passé près de 20 ans et embarquant dans un avion pour Paris, le Français Charles Sovraj, reconnu coupable de meurtre et considéré comme un tueur en série en Asie dans les années 1970, a indiqué que son emploi du temps serait chargé. Semaines et mois à venir.

Surveillance spéciale

Seulement, compte tenu de sa responsabilité, qui se fait appeler “Le Serpent”, reconnu coupable de deux meurtres mais suspecté dans vingt autres affaires au cours du même printemps, la vie quotidienne ne ressemblera jamais à celle d’un citoyen normal. Invité sur BFMTV, l’ancien formateur opérationnel du Raid Bruno Pommert a assuré que les autorités maintiendront Sovraj sous surveillance.

“Il essaie de revenir sur les faits qui lui sont reprochés, mais on ne fait pas vingt ans de prison par hasard”, a-t-il commencé.

« Les services de police français, vu le profil, vont regarder de près cette personne. Avec son passé, il faut tenir compte de son âge et de son état de santé, il faut faire attention à cette personne. Les services de renseignement français auront un œil particulier sur cette personne. pour éventuellement l’empêcher de récidiver. Je ne pense pas, mais l’homme est compliqué, il faut s’attendre à tout”, a-t-il ajouté.

Lire Aussi :  France : la lutte contre les réserves d'eau s'inscrit dans la durée

A son arrivée à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, Charles Sovraj a été immédiatement placé en garde à vue par la police pour un “test d’identité”.

attaque légale

Parmi les “must dos” que Charles Sovraj a évoqués en se rendant à Paris, le désormais âgé de 78 ans, qui a toujours clamé son innocence, semble vouloir blanchir son nom et traduire ses adversaires en justice. Pour cela, il sera soutenu par son avocate, Me Isabel Cotent-Pair, qui s’est dite “ravie” mais “choquée” par la libération après 19 ans.

“Nous nous battons depuis plus de 19 ans. Il a été condamné à tort sur un dossier complètement fabriqué avec de faux documents par la police népalaise”, a-t-il allégué.

déjà, Charles Sovraj a annoncé son intention de poursuivre Netflix et la BBC, qui a créé une série sur lui que lui et son avocat considèrent comme fausse, ainsi que sur l’état du Népal. “(La série) lui donne une réputation complètement fausse, avec seulement 30% de vérité”, a déclaré l’avocat de franceinfo.

Lire Aussi :  Taux d'incidence par département au mercredi 28 décembre 2022 en France

“S’il veut blanchir son passé, il faut qu’il apporte du matériel concret. C’est un personnage atypique, spécial, j’ai laissé l’avocat qui le défend apporter suffisamment de matériel”, a estimé pour sa part Bruno Pommert.

Lire Aussi :  Macron prêt à la dissolution de l’Assemblée nationale ? Ces ministres temporisent

De plus, Sovraj avait également besoin d’une opération à cœur ouvert qu’il voulait faire au Népal, mais l’exil à Paris l’en a empêché.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button