Sénat – Faire de la RSE une ambition et un atout pour chaque entreprise » La lettre économique et politique de PACA

Version imprimable, PDF et e-mail

Si les objectifs de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) sont partagés par tous, certaines de ses modalités sont parfois contestées.

La RSE était un production normative intensive obliger les entreprises à publier des données de plus en plus diversifiées, notamment extra-financières ; Règlement SFDR, pour mesurer l’impact ESG des investissements, taxonomie verte, orienter les investissements, directive CSRD, améliorer l’information extra-financière, devoir de vigilance, mais avec risque de chevauchement avec les normes nationales et européennes, affichage social et environnemental, ce qui réduit le cadre de référence de la RSE de l’entreprise comme totalité, production de biens ou services industriels et agricoles, estimation des émissions de gaz à effet de serre, mais qui n’est pas accessible à toutes les PME. …

Lire Aussi :  L’Afrique réfléchit à de nouveaux modèles d’industrialisation

Ce processus cumulatif, non coordonné et forcé est troublant pour les entreprises et notamment les ETI et les PME. Au-delà de la question de la souveraineté européenne et stratégique, le défi est immense, les attentes aussi de toutes les parties prenantes augmentent qu’en est-il de la responsabilité sociale des entreprises?

Pour relever ce défi et suivre la mission de juin 2020 ; Responsabilité sociale des entreprises. exemple pour mieux s’encourager Le 27 octobre, la délégation commerciale du Sénat a accepté. à l’unanimitéson rapport présenté par Martin Berthet (Républicains – Savoie), Contact Florence Blatrix (socialiste : écologiste et républicain – Ça) et Jacques Le Ney (Union Centrale – Morbihan).

Lire Aussi :  Les valeurs à suivre à Wall Street - Lundi 23 janvier 2023

Il comprend: douze recommandations (joint en pièce jointe) faire de la responsabilité sociale des entreprises un atout pour chaque entreprise en particulier, mettre la RSE à la portée de toutes les entreprises en adaptant les exigences à leur taille et à leurs ressources, assurer une égalité de traitement entre les entreprises européennes et non européennes, protéger l’autonomie européenne et les valeurs de l’entreprise européenne, poursuivre ; efforts pour harmoniser les normes sans abandonner le concept de double matérialité, financière et non financière, confier à l’Autorité européenne des marchés financiers l’évaluation publique des informations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), développer une culture RSE dans les conseils d’administration et former . , mieux utiliser le levier de la commande publique pour diffuser plus largement les critères ESG, qui sont au cœur de l’évolution du business model des entreprises.

Lire Aussi :  Malgré l'inflation, l'économie française "continue à résister"

Pour Serge Babari (Républicains – Indre-Loire), Président de la délégation commerciale :” il faut donner à chaque entreprise les outils pour s’adapter à ses enjeux de responsabilité sociale et lui permettre de concurrencer à armes égales les entreprises non européennes. “.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button