Pétrole : l’Opep + choisit le statu quo dans un contexte instable – Économie



Les représentants des treize membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), menés par Riyad, et leurs dix alliés, menés par Moscou, se sont mis d’accord pour maintenir le cap décidé en octobre de réduire la production de pétrole de deux millions de barils par jour jusqu’en 2018. . Fin 2023.

Le communiqué de presse de l’Opep+ a confirmé le maintien de la décision précédente, qui avait été prise de maintenir les prix et a provoqué la colère de la Maison Blanche, qui s’inquiétait de la baisse des prix à la pompe.

Depuis lors, les prix des deux références mondiales de l’or noir ont reculé entre 80 et 85 dollars, loin de leur sommet de plus de 130 dollars atteint après le début de l’invasion de l’Ukraine en mars. Ce qui avec le recul confirme notre stratégie, le cartel se félicite. “C’était l’action qu’il fallait entreprendre pour stabiliser les marchés”, a-t-il soutenu.

Lire Aussi :  Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale ralentit sa hausse des taux face aux bonnes nouvelles sur le front de l’inflation

La prochaine réunion a été fixée au 4 juin 2023, mais le groupe s’est dit prêt à se réunir “à tout moment” pour prendre “d’autres mesures immédiates” si nécessaire.

Au centre de l’attention de la Russie

La décision, qui était largement attendue, est intervenue après une réunion rapide par vidéoconférence, le bloc revenant à ses pratiques adoptées lors de la pandémie de COVID-19 après une réunion exclusive au siège du cartel à Vienne début octobre.

Lire Aussi :  Alain Lacroix (RSI) : « Je suis un partisan de l'économie réelle »

Ce statu quo se justifie notamment par “l’incertitude de l’impact sur la production pétrolière russe” du nouveau paquet de sanctions, a commenté l’analyste d’UBS Giovanni Stavono.

La Russie s’oppose à un plafonnement de ses prix du pétrole, que l’Union européenne, le G7 et l’Australie prévoient d’imposer lundi “ou très prochainement”. Ce jour même, l’embargo de l’UE sur le pétrole russe transporté par mer commence également, ce qui éliminera les deux tiers de ses achats à Moscou. Ces mesures ont pour but de priver Moscou des moyens de financer sa guerre en Ukraine.

Lire Aussi :  un individu tente de faire chanter Elon Musk avec une gigantesque fuite de données

Le prix du pétrole de l’Oural oscille actuellement autour de 65 dollars le baril, à peine au-dessus du plafond de 60 dollars, ce qui suggère une exposition limitée à court terme. Cependant, le Kremlin a prévenu qu’il ne fournirait plus de pétrole aux pays utilisant ce mécanisme. Cela met certains pays “dans une position très inconfortable, devant choisir entre perdre l’accès au pétrole russe bon marché ou être soumis aux sanctions du G7”, a expliqué l’analyste d’Oanda Craig Erlam.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button