Marine Tondelier prend l’avantage dans la course à la direction du parti

Marine Tondelier, à Paris, le 3 novembre.

Parmi les six prétendants à la direction d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Marine Tondelaer a pris un bon départ samedi 26 novembre, avec 46,97%. Les sondages des membres votent, les résultats partiels sont basés sur 90% de la région et sont rapportés par la direction. Le scrutin décentralisé se termine à 17 heures. Environ 11 000 membres peuvent participer. Ils éliront également plus de quatre cents délégués qui désigneront formellement le nouveau secrétaire national lors du Congrès fédéral prévu le 10 décembre à Rungis (Val-de-Marne).

Après le candidat écologiste de l’eurodéputé Yannick Jadot, 4,6 %, l’enjeu pour le prochain président est de redonner espoir aux militaires. Il doit se réconcilier avec le parti, marqué par des luttes intestines, notamment entre M. Jadot et la députée écoféministe Sandrine Rousseau. L’EELV a également été fragilisée par des allégations de violences psychologiques portées par un ancien associé contre le secrétaire national sortant Julien Bayou, allégations qu’il conteste et qui ont été largement médiatisées par M.moi Rousseau.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Pour Fabien Roussel, le gouvernement "fracture la France" avec la réforme des retraites

“Volonté de construire”

Marine Tondelier, élue à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), est partie en campagne il y a plus d’un an. Membre de la direction sortante, il est épaulé par Julien Beaux. Sans que sa motion obtienne 50% des voix samedi, les négociations pour une fusion vont probablement commencer.

Parmi les candidats Mmoi Tondelier, Sophie Bussière (18,07 % des voix), conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine, soutenues par Yannick Jadot, et Mélissa Camara (13,54 %), élues de Lille, faisant partie de l’aile gauche de Sandrine Rousseau et d’EELV. L’ancienne candidate régionale de Bretagne, Claire Desmarès-Poirier (9,6%), a défendu les régions, le fédéralisme et le déclin. La tête de l’élection, Helen Hardy (6,59%), a appelé le parti à se tourner vers les quartiers populaires, et la membre du bureau exécutif Géraldine Boyer (4,34%), a revendiqué un héritage libertaire.

Lire la suite: L’article est réservé à nos abonnés De la PS à l’EELV, des Nups aux examens du Congrès
Lire Aussi :  Championnats de France, à Chartres : Maxime Grousset, le meilleur pour la fin

Il y a aussi des sensibilités différentes parmi les candidats « La volonté de construire (…). Il est temps de faire ce que nous avons fait au niveau municipal, au niveau national.France Inter a souligné le soutien d’Eric Piole, le maire écologiste de Grenoble, et de Marine Tondelier.

Les candidats ont tous en commun ce qu’ils veulent “complet” Parti, notamment vers les zones rurales et les quartiers populaires. La plupart d’entre eux veulent “Remboursement” Modifier son règlement intérieur, souvent jugé complexe et peu propice à la conquête du pouvoir.

La question des Européens

Mais ils divergeaient sur leur position avec la coalition de gauche de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) et leur rapport au radicalisme. Des marines comme Sophie Bussière prennent leurs distances avec Tondeliar Nupes, jugeant nécessaire d’agir en premier. « Un nouveau grand groupe de l’écologie »., et réclamait une liste autonome aux Européens. Mais Sophie Bussière tente de tenir tête aux critiques de la direction sortante – et donc de Marine Tondelier – qui “Le parti n’a pas promis de changer”Selon lui.

Lire Aussi :  France: TotalEnergies propose aux TPE de revoir leurs contrats d'électricité - 06/01/2023 à 15:29

En revanche, Melissa Kamara défend Knoops, où EELV doit, dit-elle, être “une force motrice”. Aux européennes de 2024, il prône de ne pas fermer la porte à une liste commune. Mmoi Kamaras, qui portent le fardeau de la bataille « Écoféminisme, antiracisme, anticapitalisme et intersectionsprotéger “Une sorte de radicalisme, crack” Et espère que le parti retrouvera sa place dans le mouvement de désobéissance civile.

Tout en prônant une forme d’intégrisme, Marine Tondeliar dénonce, “hum” Et “gazouiller” de la vie politique, face à Sandrine Rousseau à peine voilée.

Lire la suite: Au Parti socialiste, Olivier Faure a contesté avec Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rosignol.

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button