LGV Perpignan-Montpellier : “Vers un revirement inacceptable de l’Etat”, pour la CCI des Pyrénées-Orientales

De nouveaux retards pour la LGV Montpellier-Perpignan ? Un rapport du Conseil d’orientation des infrastructures met en garde les décideurs catalans. La Chambre de commerce et d’industrie des Pyrénées-Orientales pointe du doigt un inacceptable vis-à-vis de “l’Etat”.

La série de retards sur la LGV Montpellier-Perpignan semble interminable. Pas du goût de la Chambre de commerce et d’industrie des Pyrénées-Orientales. « Ces derniers jours, un rapport publié par le Conseil d’orientation des infrastructures (COI) semble remettre en cause l’engagement de Jean Castex. En effet, une note à l’actuelle cheffe du gouvernement, Elisabeth Bourne, note que l’auteur du rapport « construit des projets » comme la LGV Perpignan-Montpellier. ou veut retarder les travaux de la RN 116, au nom d’arguments écologiques. Dès lors, même si ce rapport est considéré comme ne donnant qu’un avis général consultatif, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales L’industrie soutient fortement Perpignan et Montpellier pour les Pyrénées-Orientales. Rappelant le caractère vital de la construction de la ligne LGV. L’avenir de notre région et de ses débouchés”, Initiales Laurent Gauze.

Lire Aussi :  Ado de 13 ans tué à Montpellier après France-Maroc : un millier de personnes rendent hommage au jeune Aymen

CCI rappelle l’engagement de Jean Castex et Carol Delga

Le Président de la CCI 66 a rappelé : « Il y a tout juste un an, le Premier ministre de l’époque, Jean Castex, lors d’une visite dans la région, annonçait l’engagement financier de l’État de 816 millions d’euros pour mettre en œuvre la première phase de la ligne ferroviaire à grande vitesse. Entre Perpignan et Montpellier. le même jour, Carole Delga, Occitani présente à ses côtés Le président de la région Pyrénées-Méditerranée a complété l’annonce par un cofinancement régional de 334 millions d’euros.Quelques responsables économiques souriants ainsi que des habitants de l’ancienne région Languedoc-Roussillon qui espère désormais rejoindre Paris en moins de quatre heures en TGV contre cinq heures. n’osait pas.”

Lire Aussi :  Épidémies, urgences surchargées... Pourquoi le gouvernement appelle à la "responsabilité" des médecins en grève

La chambre consulaire le confirme “Ils travaillent sur des solutions concrètes pour améliorer les liaisons entre Perpignan et la région nationale, notamment les liaisons aériennes. Ils espèrent pouvoir en annoncer de concrètes dans les mois à venir”.

Lire Aussi :  La région Ile-de-France suspend sa subvention aux Ateliers Médicis de Seine-Saint-Denis pour son soutien à Medhi Meklat

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button