les trois élus sortants en tête après le premier tour

Député depuis 2017 et réélu en 2022, Thomas Mesnier refait campagne. Alain Jocard/AFP

Le second tour de ces élections, déclenché par la décision illégale du Conseil constitutionnel, se tiendra dimanche prochain.

Trois députés sortants du Pas-de-Calais, de la Marne et de la Charente tenus dimanche aux législatives partielles ont pris la tête à l’issue du premier tour, sur fond de fortes ruptures. Le second tour de ces élections, déclenché par la décision illégale du Conseil constitutionnel, se tiendra dimanche prochain.

Dans la première circonscription de Charente, qui comprend la préfecture d’Angoulême, l’écart est là encore très serré (écart de 42 voix) entre le candidat de la majorité à la présidentielle et porte-parole d’Horizons Thomas Mesnier (35,54 % des voix) et le représentant du Nupes. Insoumis René Pilato (35,36%), marqué par très peu d’électeurs (28,76%) à l’issue du premier tour.

Lire Aussi :  Grand concours de vitrines de Noël à Metz, en partenariat avec France Bleu Lorraine

A la clé, le report du vote RN, qui a recueilli dimanche 14,8% des suffrages. Au second tour l’an dernier, le médecin urgentiste René Pilato n’avait que 24 voix d’avance.

Dans la deuxième circonscription de la Marne, regroupant plusieurs cantons de Reims, la députée RN sortante Anne-Sophie Frigout est arrivée en tête avec 34,80% des suffrages (+12,82 points par rapport au premier tour en juin). Laure Miller, candidate de la majorité présidentielle unie, progresse également et parvient à se hisser au second tour avec 30,0% des suffrages (+8,77 points).

Lire Aussi :  Le Royaume-Uni annonce le retrait anticipé de ses troupes du Mali

En juin, il a été éliminé dès le premier tour, son électorat étant partagé entre lui et l’ancienne députée Aina Couric (Divers Centre), dissidente et qui s’est retirée depuis. Arrivé troisième (16,17 %), le candidat de Nupes, Victorien Pate, a abandonné. 76% des électeurs ne sont pas allés voter dans cette circonscription.

Dans la 8e circonscription du Pas-de-Calais (Saint-Omer et ses environs), le député sortant Bertrand Petit – associé au PS et investi par le Nupes, après avoir présenté une candidature dissidente en juin – est en tête avec une très large marge avec 46,14 % des suffrages (+ 23,60 points par rapport à juin), candidat RN face à Everard en août (23,97 %, -3,49 points), également marqué par une forte cassure au premier tour (70,39 %). Le candidat majoritaire à la présidentielle, Benoît Poterie (Horizons) a été éliminé avec un score de 21,17%.

Lire Aussi :  Olivier Faure refuse un nouveau débat

En juin, le vote de la gauche était partagé au premier tour entre Bertrand Petit (22,54 %) et l’ancien candidat du Nupes Simon Russell (15,75 %), qui ne présentait pas sa candidature cette fois. Au second tour, les socialistes l’ont emporté avec 55,82 % des suffrages, permettant à la gauche de reconquérir cet ancien fief, dans une division où le RN a remporté six des douze circonscriptions. Son élection a été annulée par le choix de son suppléant, René Hawke, inéligible car il remplaçait déjà un sénateur.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button