LA CADHA organise des journées portes ouvertes sur le droit international humanitaire à Abidjan

Abidjan- La Coordination Africaine des Droits de l’Homme pour les Forces Armées (CADHA) a organisé la 4ème édition de la Journée Portes Ouvertes sur les Droits de l’Homme et le Droit International Humanitaire pour les Forces Armées, dans le but de briser les murs de méfiance entre la population et les militaire. Jeudi 10 novembre 2022, à la Bourse du travail d’Abidjan, Côte d’Ivoire.

“On peut avoir le meilleur équipement du monde, on peut avoir une armée motivée, mais si la population ne coopère pas, ne coopère pas, cette efficacité peut être empêchée”, a déclaré à l’AFP Diaby Bakary, coordinateur de la CADHA.

Ces journées pourront mobiliser les efforts des acteurs de la société civile et renforcer les capacités des acteurs sous certaines thématiques pour soutenir l’action publique afin de hisser notre nation aux standards internationaux en matière de paix et de sécurité. Monsieur Diaby.

Lire Aussi :  Essonne : une nouvelle formation d'excellence ouvrira à la rentrée

Suzanne N’Guison Sacre, la représentante des partenaires au nom du médiateur de la République, a remercié la coordination pour la promotion des droits de l’homme et des droits humanitaires et a relevé que le médiateur de la République constitue un levier pour l’humain.

Pour elle, la question de la sécurité est un facteur important de paix sociale, et il importe d’accorder une attention particulière aux femmes “dont la contribution sera cruciale pour atteindre les objectifs fixés par la sécurité nationale et les programmes”, selon Mme Sekre. Sécurité”.

Ces journées ont pour thèmes entre autres les crises politico-militaires, la crise sahélienne, les dynamiques des conflits en Afrique, les mouvements armés radicaux dans la région sahraouie-sahélienne, l’économie politique des conflits, etc.

Lire Aussi :  Économie : la BRVM maintient le cap de l’évolution de ses activités en 2022

Les opérations de paix de l’ONU, les nouveaux acteurs pour la paix et la sécurité, l’architecture africaine de paix et de sécurité, l’architecture de paix de la CEDEAO sont également des sujets de discussion. Discussions approfondies.

Un panel a été animé par des femmes leaders des secteurs de la sécurité et de la défense en Côte d’Ivoire sur la participation des femmes dans le secteur de la sécurité.

Les colonels, capitaines et commandants des forces de défense et de sécurité, le maire de Tracheville et la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance ont reçu des mentions spéciales pour leur contribution à la promotion des droits humains.

Lire Aussi :  Droit pénal international de l’environnement : l’enjeu de la coercition

La CADHA est née dans le contexte post-crise de 2010-2011, lorsque les Nations Unies ont accusé les forces armées et de sécurité d’être les auteurs de violences sexuelles liées au conflit, avec environ 500 cas signalés.

L’organisation a mené des campagnes de renforcement des capacités pour 24 000 membres du Conseil d’État des forces de défense et de sécurité, des parlementaires et des dirigeants communautaires afin de renforcer leurs capacités en matière de droits humains et de droits humanitaires internationaux. La CADHA est présente dans 16 pays africains.

Cette 4e édition, qui se termine samedi, est parrainée par le maire de la ville de Tracheville, l’ancien ministre François Amicchia.

apk/fmo



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button