Greenpeace dénonce la poursuite « scandaleuse » du commerce du nucléaire avec la Russie

Greenpeace condamne la poursuite “honteuse” du commerce nucléaire avec la Russie

Greenpeace a appelé mardi le gouvernement français à l’arrêter “Accords sur le commerce de l’uranium” En l’absence de sanctions internationales sur le nucléaire civil russe, les livraisons se sont poursuivies malgré la guerre et entre la France et la Russie. Dans une annonce, “Greenpeace appelle à la fin définitive du commerce nucléaire avec la Russie”..

L’organisation non gouvernementale demande également “Résiliation de tous les contrats existants entre l’industrie nucléaire française et Rosatom ainsi que ses filiales, à commencer par les contrats liés au commerce de l’uranium entre la filiale de Rosatom Tenex et EDF et Orano respectivement.”. “Poursuivre le commerce nucléaire avec la Russie alors que la guerre s’intensifie en Ukraine est odieux”Greenpeace dénonce Pauline Boyer, responsable des campagnes françaises pour la transition nucléaire et énergétique.

Lire Aussi :  les Ukrainiens toujours aux abords de Soledar, selon CNN

Mardi matin, “Des dizaines de fûts d’uranium enrichi et dix conteneurs d’uranium naturel de Russie” La cargaison a été transportée au port de Dunkerque pour chargement “Pierrelet, France et/ou Lingen, Allemagne, peut-être la destination d’un train et de plusieurs camions.”, selon l’ONG. Interrogée sur la destination de cette charge, l’équipe électrique d’EDF n’a pas répondu. Contacté par l’Agence France-Presse (AFP), le groupe nucléaire Orano (ex-Areva) a confirmé “Ce transport ne se souciait ni de ses matériaux ni de ses installations.”.

L’équipe, à son tour, a confirmé à l’AFP que cela avait été fait en Russie “Cinq ou six” Dans le cadre d’un contrat signé en 2020 pour un volume total de 1 150 tonnes, précisément la livraison d’uranium de retraitement (URT) détenu jusqu’en octobre à l’usine de Seversk du conglomérat nucléaire d’État russe Rosatom. “Quand la guerre a commencé, il n’y avait pas d’embargo, mais nous avons décidé de régler ce contrat, et la dernière expédition a eu lieu en octobre”Un porte-parole d’Orano a expliqué à l’AFP, confirmant l’information de monde.

URT ou uranium retraité résultant du traitement du combustible peut être converti et ré-enrichi et réutilisé pour produire un nouveau combustible. Cet URT a été exporté en Russie grâce à Orano “Pas d’atelier de traduction”dit le porte-parole.

Lire Aussi :  La Chine lève la quarantaine pour les voyageurs internationaux

De son côté, EDF a signé un contrat de 600 millions d’euros avec Tenex en 2018. « Recyclage de l’uranium retraité d’EDF »..

A lire aussi : Le nucléaire russe, autre dépendance énergétique européenne

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button