GB-Hunt veut augmenter les impts pour relancer l’conomie

LONDRES (Reuters) – Le ministre britannique des Finances, Jeremy Hunt, a déclaré que le plan budgétaire qu’il doit publier jeudi comprendra des augmentations d’impôts pour consolider les finances publiques et atténuer une éventuelle récession prolongée.

Jeremy Hunt tente de redresser les finances publiques britanniques et la confiance des investisseurs avec son plan budgétaire, le premier depuis que Rishi Sunak a remplacé Liz Truss au poste de Premier ministre.

La présentation par Liz Truss d’un “mini budget” en septembre a déclenché un effondrement du marché obligataire qui a fait grimper les coûts d’emprunt et l’a finalement forcée à partir.

“Ce sera un grand moment pour le pays, et nous ferons passer les gens avant l’idéologie”, a déclaré Jeremy Hunt dans une interview à un quotidien britannique.

“Vous devez faire ce qui est bon pour le pays et la situation dans laquelle nous nous trouvons, et malheureusement cela signifie augmenter les impôts”, a-t-il déclaré.

Lire Aussi :  Lithium : la France lancée dans la course à "l’or blanc" indispensable aux batteries électriques

Au milieu de nouvelles réductions de dépenses, Jeremy Hunt et Rishi Sunak tentent de préparer leur parti conservateur à une hausse des impôts qui pourrait raviver les tensions au sein du parti.

Le ministre prévoit de combler un trou de 55 milliards de livres sterling (62,88 milliards d’euros) dans le budget britannique en gelant l’impôt sur le revenu, l’assurance nationale, les droits de succession et les plafonds et prestations de retraite pendant encore deux ans.

“Je serai honnête.”

Selon le Sunday Times, Jeremy Hunt prévoit également de réduire de moitié la déduction pour gains en capital et de réduire le seuil de paiement du taux supplémentaire d’impôt sur le revenu de 150 000 £ à 125 000 £ par an.

“Ce que je peux promettre aux gens, c’est que je vais être honnête sur l’ampleur du problème et que je vais être juste dans la façon dont nous traitons ces problèmes, et oui, cela signifie que les personnes aux épaules les plus larges supporteront le fardeau le plus lourd », a-t-il dit.

Lire Aussi :  Piketty, « Economix »… L’économie se vulgarise en BD

Le budget comprendra des projections similaires à celles de la Banque d’Angleterre (BoE), qui a mis en garde contre une longue récession à venir.

“Je pense que c’est très probable… La question n’est pas vraiment de savoir si nous sommes en récession, mais ce que nous pouvons faire pour la rendre plus courte et moins profonde”, a-t-il déclaré dans une interview quotidienne.

Le ministre des Finances a ajouté qu’il chercherait à travailler avec la BoE pour contrôler l’inflation et la hausse des taux d’intérêt mondiaux, qui ajoutent à la pression sur l’économie britannique.

“La première chose que je peux faire est d’aider la Banque d’Angleterre à réduire l’inflation”, a-t-il déclaré au journal, ajoutant qu’il souhaitait donner aux entreprises et aux ménages la confiance nécessaire pour investir et dépenser.

Lire Aussi :  L’économie canadienne demeure surprenamment résiliente

“Si je peux leur donner confiance que nous avons un plan pour lutter contre l’inflation, pour apporter de la stabilité à l’économie, alors (…) ce sera un travail fait en ce qui concerne jeudi.”

Selon le Times, Jeremy Hunt a déclaré qu’il ne pourrait fournir que 20 milliards de livres sterling pour prolonger le plafond des prix de l’énergie pendant encore six mois après avril, soit un tiers du coût alors estimé à 60 milliards de livres sterling pour les six premiers mois.

Cependant, le ministre envisage de créer un ensemble de mesures de soutien d’une valeur de plusieurs milliards de livres pour protéger les retraités et les bénéficiaires des minima sociaux de la hausse des prix de l’électricité, écrit le journal. (Écrit par William Schomberg; version française par Keith Entringer)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button