COP27 : la France regrette « le manque d’ambition climatique »

Les réactions des dirigeants à l’issue de la COP27 ont été mitigées, aboutissant à un texte historique pour les pays pauvres, mais pas à de nouvelles ambitions climatiques.





SourceAFP


Agnès Pannier-Runacher a commenté les résultats de la COP27 sur son compte Twitter.
Agnès Pannier-Runacher a commenté les résultats de la COP27 sur son compte Twitter.
© Captation Twitter par Agnès Pannier-Runacher.

Je suis un membre 1€ 1er mois


LLa Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Charm al-Cheikh a été la plus longue de l’histoire. Les dirigeants se réunissent depuis deux semaines pour ce sommet sur le climat. Mais les progrès ne semblent pas être égaux.

Ainsi, la ministre française de la transition énergétique, Agnès Panier-Ranacher, a déploré « qu’aucun progrès n’ait été réalisé[it] “C’est une vraie déception”, a-t-elle déploré. Agnès Pannier-Runacher a toutefois souligné que le sommet “répond aux attentes des pays les plus vulnérables avec une avancée majeure”. Catastrophes climatiques”.

“Bien que l’accord de la COP27 ne soit pas conforme aux ambitions de la France et de l’Union européenne, il préserve l’essentiel : il rappelle l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius et appelle les pays à faire des efforts supplémentaires à partir de 2023”, soulignent les Ministre de la Transition Energétique. « Réaffirmer cet objectif était essentiel dans le contexte mondial de crise climatique et énergétique. »

Lire Aussi :  La France défend sa politique de fermeté sur les visas

L’Allemagne entre “Espoir et Désespoir”.

De son côté, l’Allemagne a estimé que l’issue de cette conférence sur le climat mêlait “espoir et déception”. “Nous avons réalisé une percée en matière de justice climatique – avec une large coalition d’États après des années de stagnation”, a salué la chef de la diplomatie Annalena Bierbock sur Twitter. Mais “le monde perd un temps précieux sur la trajectoire des 1,5°C” faute d’ambition pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, a souligné le ministre de l’environnement. “Une coalition de pays riches en pétrole et de grands émetteurs” a créé des “obstacles inutiles” aux progrès sur la question, a-t-il déclaré.

La Suisse a pour sa part regretté que le sommet de la COP27 n’ait pas imposé d’obligations aux grands émetteurs de gaz à effet de serre et assuré qu’ils apporteraient une contribution adéquate à la lutte contre le changement climatique. Un communiqué de presse de l’Office fédéral de l’environnement a noté qu’aucune résolution n’a été adoptée pour éliminer progressivement le charbon et réduire les subventions au pétrole et au gaz. “Les pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre, comme la Chine, l’Inde, l’Indonésie et le Brésil, ont rejeté l’obligation de mettre en place un programme de travail et des projets en ce sens”, a-t-il déploré.

Lire Aussi :  Pourquoi une tribune vantant la biodynamie a-t-elle été publiée (puis retirée) du site de «Libération» ? – Libération

A lire aussiBilan mitigé de la COP27

L’Afrique du Sud, pour sa part, s’est félicitée de l’accord sur l’aide aux pays pauvres touchés par le changement climatique, mais a estimé qu’une “action supplémentaire urgente” était nécessaire. “Nous pensons que des mesures plus urgentes doivent être prises pour assurer le respect des obligations des pays développés”, a souligné le ministère sud-africain de l’Environnement dans un communiqué de presse. L’accord conclu en Égypte “définit un cadre approprié pour la crise climatique et des solutions dans le contexte d’objectifs de développement durable et de transitions justes, ne laissant personne de côté”, ainsi que “nécessitant les moyens financiers de réformes sectorielles plus larges pour les atteindre”, Ça disait. Gouvernement d’Afrique du Sud.

Lire Aussi :  A l’Assemblée nationale, la sanction prise contre le député RN Grégoire de Fournas fragilise la stratégie de normalisation du groupe d’extrême droite

La COP27 s’est achevée tôt dimanche 20 novembre, après l’adoption d’un texte très controversé sur l’aide aux pays pauvres touchés par le changement climatique, mais sans nouveaux engagements pour réduire les gaz à effet de serre.

Le Royaume-Uni dit “il faut faire plus”

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué les “progrès” lors de la COP27 en Egypte dimanche, mais a ajouté que “il reste encore beaucoup à faire”. “Je salue les progrès à la COP27, mais il n’y a pas de temps pour la complaisance”, a-t-il écrit dans un communiqué publié sur Twitter. « Le maintien de l’engagement de 1,5°C est vital pour l’avenir de notre planète », a-t-il écrit, ajoutant : « Il faut faire plus. »

Avant même l’ouverture de la COP27, Rishi Sunak a appelé les dirigeants mondiaux à “ne pas revenir sur l’engagement” de lutter pour limiter le réchauffement à 1,5 degrés Celsius issu de la précédente conférence sur le climat de Glasgow en Ecosse. Rishi Sunak s’est rendu à la COP27 à Charm al-Cheikh après avoir été largement critiqué pour avoir initialement annoncé qu’il ne participerait pas en raison d’un emploi du temps chargé à Londres.




Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button