après le choc, les fidèles de retour à l’église à Montfort-sur-Meu

“Je ne veux pas en parler, ça me fait tellement mal…” Les visages se referment à l’entrée de l’église de Montfort-sur-Meuille. Ce dimanche matin 13 novembre 2022, l’abbé Yannick Polygne, 52 ans, curé de cette paroisse à l’ouest de Rennes, y occupe le premier office depuis son arrestation (Ile-et-Villaine). Il est accusé de viol aggravé sur une jeune fille de 15 ans, avec de la drogue pour altérer la santé mentale de la victime. En plus de mettre en danger la vie d’autrui en raison de son statut sérologique.

Lire la suite: Prêtre du diocèse de Rennes inculpé : les habitants de Montfort-sur-Meu sont choqués

Le ciel brumeux reflète les âmes des fidèles. “Ah tu sais…” Ce septuagénaire commence avant de retenir ses larmes, de s’excuser et de retourner à l’église.

Lire Aussi :  Dans les Yvelines, un adolescent de 14 ans tué lors d’une rixe ; un suspect de 16 ans en garde à vue

D’autres ont du mal à cacher leur colère : “On ne peut plus faire confiance à rien, c’est surtout inquiétant pour notre jeunesseUn demi-siècle déplore ce couple. C’est vraiment triste. »

L’église de Montfort-sur-Meu était comble dimanche 13 novembre, une semaine après que le curé a été inculpé et incarcéré pour viol grave sur mineur. | Ouest de la France

Monseigneur d’Ornellas est venu s’excuser

L’église est presque pleine. La majorité des personnes âgées sont fidèles, mais quelques familles avec enfants, et quelques adolescents. L’office a été donné par Monseigneur Pierre d’Ornellas, archevêque du diocèse, qui est venu entendre “Colère, tristesse, confusion”.

« Ta douleur est aussi la mienne, Il dit dans l’introduction : Ma confiance a également été trahie. Maintenant, vous découvrez qu’il a succombé aux maux de briser l’âme d’un mineur, en l’abusant sexuellement. Comment comprendre inacceptable? Comment parlez-vous aux jeunes de votre mission éducative ? Moi, votre évêque, au nom de l’Église, je vous demande pardon.”Il a poursuivi, plus tôt “Demandez au Seigneur de bénir cette église pour laver les mensonges qui l’habitent. »

Mgr d’Ornellas, archevêque du diocèse d’Ille-et-Vilaine, est venu “demander pardon” aux fidèles “au nom de l’église”. | Ouest de la France

Il s’agenouille ensuite longuement devant l’autel, dos aux fidèles pour demander pardon. Le chœur recommence à chanter : « Ô Christ, aie pitié de nous ». Les émotions se lisent sur le visage.

Lire Aussi :  La France « continue d'exporter des pesticides interdits », selon deux ONG

“La malédiction des abus sexuels”

Un peu plus tard, l’archevêque a appelé à la prière pour la jeune victime dans son hommage “violemment abusé” Et rappelle la promesse du pape François et de l’Église “Peine pour abus sexuels, notamment commis sur des mineurs”. Avant de finir : « Probablement à cause d’une maladie [sa séropositivité], qui était votre curé, s’est séparé de la communauté qu’il dirigeait. Un incident tragique s’est produit…”

Les fidèles quittent l’église de Montfort-sur-Meu, dimanche 13 novembre 2022 | | Ouest de la France

“Ce fut un désastre.”

A la sortie de l’église, les fidèles saluent l’arrivée de leur évêque : « C’était apaisant. Il reconnaissait les choses, il fallait l’écouter. Maintenant, il faut passer à autre chose.”Une femme a commenté.

Lire Aussi :  Île-de-France Mobilités peine à trouver des transporteurs pour les accrédités

“Ces mots étaient réconfortants.”Une autre femme s’est montrée bouleversée, encore choquée par ce qu’elle a appris jeudi dernier. « C’était un bon prêtre, vous ne pouvez pas l’imaginer du tout, c’était une catastrophe. »

“Nous étions tous choqués parce que nous le connaissions bien.”, estime Pierre-Marie. Pas assez pour ébranler la foi d’un jeune homme : « Je fais la distinction entre une œuvre réalisée par un individu et l’Église, la foi. Le fait que l’église soit pleine ce matin le confirme, je pense. »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button