Ancien employé d’Hydro-Québec | Le chercheur accusé d’espionnage avoue être membre du Parti communiste chinois

Un ancien chercheur d’Hydro-Québec arrêté la semaine dernière pour espionnage a reconnu en cour mercredi être membre du Parti communiste chinois (PCC). Cependant, il dit qu’il a pris du retard dans le paiement de ses cotisations pendant plusieurs années et affirme que son nom a été utilisé pour des travaux universitaires en Chine sans sa permission.


Yuesheng Wang, détenu par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) depuis son arrestation le 14 novembre, a comparu devant le tribunal de Longueuil pour tenter d’être libéré en attendant son procès pour espionnage économique. La poursuite allègue qu’il a obtenu illégalement des secrets commerciaux d’Hydro-Québec liés au développement de batteries “au profit de la République populaire de Chine”.

« Êtes-vous membre du Parti communiste chinois ? a demandé à son avocat, M.e Gary Martin au tribunal.

Lire Aussi :  Au-delà du baratin : expliquer le 20e Congrès national du Parti communiste chinois

“Oui”, a répondu l’accusé, avant d’expliquer qu’il n’avait pas payé sa cotisation depuis un moment.

« Avez-vous été envoyé ici par une autorité du gouvernement chinois, ou par vous-même ? – J’ai demandé.e Martin.

“Seul”, a assuré son client.

« Comme les Américains ! »

La presse La semaine dernière, il a été révélé que pendant les études de Yuesheng Wang à l’Académie chinoise des sciences, il était supervisé par le professeur Hu Yong-Sheng, qui est aujourd’hui l’un des responsables de Hina Battery Technology, une société chinoise qui a déjà dévoilé un “mini -voiture électrique” qui utilise la sienne fonctionne avec son modèle de batterie et promet de développer une nouvelle génération de batteries pour le marché mondial.

Lire Aussi :  God of War Ragnarok : l'interprète de Thor s'est inspiré d'un héros Marvel, mais pas de la version MCU du dieu nordique

Après avoir été embauché comme chercheur à Hydro-Québec, M. Wang a continué de publier des articles scientifiques sur les technologies des batteries en collaboration avec le dirigeant de l’entreprise chinoise, au gré de ses nombreuses publications. La presse.

La caporale Stacy Gagné, une détective de la GRC qui parle le mandarin, est venue expliquer à la Cour que cette émission « renforce l’emprise du Parti communiste chinois ».

“Il consolide leur pouvoir en renforçant l’économie, l’armée, la capacité militaire”, a-t-il expliqué.

« Comme les Américains ! L’avocat de M. Wang a répondu.

Il dit avoir été surpris

Le caporal Gagné, qui a participé à l’interrogatoire du suspect après son arrestation, dit avoir déposé les demandes de brevet déposées en Chine à son nom avant M. Wang.

Lire Aussi :  Hogwarts Legacy : Poudlard, combats… Le jeu Harry Potter vous invite à une présentation magique, préparez-vous !

“M. Wang a reconnu les noms de ceux à qui le brevet est destiné [délivré]. Il fut surpris d’y voir son nom. Je dirais même qu’il est en colère dans une certaine mesure. Et il a dit qu’il communiquerait avec les gens », a-t-il dit.

La détective de la GRC, Annie Roy, a déclaré que les policiers qui suivaient M. Wang l’avaient vu marcher avec un groupe de randonneurs sur le mont Saint-Bruno au cours des dernières semaines. Selon le parquet, l’un des hommes qui l’accompagnait s’est avéré être lié au géant chinois des télécommunications Huawei et à la société chinoise HINA Battery, qui auraient bénéficié des secrets volés par l’accusé.

L’enquête sur le cautionnement se poursuit jeudi.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button